Qui a survécu ?

Dans mon corps ce vertige.

Toute une vie à marcher au bord du gouffre

Une vie passée à ne jamais sombrer

Une vie passée à rester en équilibre

Au bord du gouffre

 

Jamais je ne trouverai les mots pour traduire ce qui se joue dans ma poitrine aux moments où tout pourrait basculer

C'est comme un vortex, un trou noir qui appelle.

La sensation d'une mort imminente, à laquelle on ne peut échapper

Ce moment où le corps se fige et se tord pour tenter d'échapper à l'abîme.

 

Il y a comme un trou dans ma poitrine, un vide d'air et dans le même temps chacune de mes cellules qui cherche à reprendre sa respiration. Alors que l'air manque.

Sensation de mourir asphyxiée, étouffée

Tellement vivante, et vouée à mourir

A tomber

A chuter.

 

C'est comme si chaque jour, je devais revivre les affres de l'agonie. Ce court instant suspendu avant la fin

L'instant de la panique, l'instant où on ne peut pas encore lâcher, où on croit encore qu'on va pouvoir échapper à son destin, qu'on ne va pas sombrer, qu'on ne va pas disparaître

Que se passerai-t-il ?   Si je me laissais tomber ?

 

Est-ce même possible ?

Ou suis-je condamnée à vivre cet entre-deux, sans espoir de libération, d'un côté comme de l'autre

En perpétuel sursis

 

Peut-être que c'est ça, ce qu'on appelle les limbes

Un lieu où on n'est ni vivant, ni mort

Un lieu de l'attente, un lieu où le gouffre nargue

Mais où la vie n'est déjà plus.

 

C'est comme, papa, si je revivais éternellement le moment, l'instant où j'ai appris que tu n'étais plus

Ce moment où tout s'effondre

 

On se tient encore debout, les pieds sur terre, la tête vers le ciel

Le corps tient debout. Personne ne remarque rien. le corps tient debout.

Et pourtant à l'intérieur tout s'effondre.

Un effondrement silencieux, invisible.

Le corps tient debout

Et à l'intérieur tout est effondré.

 

Quand j'ai ces montées d'angoisse, ce... vortex ? dans ma poitrine.. en fait c'est ça, c'est comme une bâtisse qui s'effondrerait sur elle-même.

Ce gouffre, cette aspiration, cette impression de me noyer, de manquer d'air, c'est ça. C'est un effondrement.

 

Qu'est-ce qui reste debout ?   Qu'est-ce qui continue à avancer ?  Qu'est-ce qui sourit ?

Qui a survécu ?