Y a-t-il la moindre chance de me rappeler ?

Y a-t-il la moindre chance de me rappeler son sourire ?

Ou ses bras. Ou le poil sur sa joue avant qu'il ne se rase.

Non, ça je me rappelle.

 

Y a-t-il la moindre chance de me rappeler les sabbats sous la lune, et les conversations avec les pierres ?

Les levers de soleil sous le vieux chêne et les longues robes blanches

Ma barbe grise, et bouclée.. compagne fidèle de ces années infidèles

Le silence de la clairière, le chant de la pierre.

 

La grande pierre levée, imposante et sévère, majestueuse

La grande pierre  qui me faisait baisser les yeux. Au début.

Quand je ne savais pas trop encore

Quand je ne savais pas qu'il y a si peu à savoir, et tant à ressentir

A écouter

A caresser

A accueillir.

 

Y a-t-il la moindre chance que je me rappelle le lichen rugueux sous la pulpe de mes doigts tremblants

Et la chaleur dans ma poitrine quand je me laissais aller à l'étreindre 

Le lichen contre ma joue

Le lichen contre le tout petit morceau de joue pas encore mangé par ma barbe de grand sage.

 

Ah comme elle en imposait ma barbe ! Impossible qu'il ne soit pas fils de la sagesse avec une barbe pareille !

Et pourtant, au pied de la grande pierre levée, je n'ai jamais été plus grand qu'un enfant

La voilà peut-être ma sagesse. Celle d'avoir su me faire tout petit devant elle

La Pierre

 

Y a-t-il la moindre chance que je me rappelle au-delà des mots, au-delà des images ?

Y a-t-il la moindre chance que mes sens se rappellent ?

La vie dans ce corps d'homme, lui-même totalement épris d'une femme minérale

Droite et dressée vers le ciel, et profondément enfoncée dans le sol.

Silencieuse et austère

et froide

même sous le soleil de Beltane.

Y a-t-il la moindre chance que mon corps se rappelle le feu dans mon âme alors que je la contemplais ?

 

Elle a vu passer les hommes, les tempêtes et les guerres

Elle a vu tomber les arbres et reculer la mer

Elle a suivi la course des étoiles

Elle a connu le boeuf, le cheval , les premières machines de fer

Elle est toujours là

 

Peut-être y a-t-il une petite chance

qu'elle se rappelle de moi

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0